18/07/2012

La vraie lutte contre le vrai blanchiment mais aux USA

de John Doe notre correspondant à Washingtonseal.jpg

Les pouvoirs publics européens béats devant leur certitude de l'intolérance nous roulent dans la farine avec leur obligation de soupçon  ; en fait Bruxelles a imposé des pratiques de militaires pour obtenir des renseignements sur la petite délinquance

Quels sont les Boeufs tigres derrière la 4ème directive??


Une autre vision politique est possible

la lettre du  président du CNB à TRACFIN

Aux USA ,la nécessaire lutte contre le vrai de vrai  blanchiment celui de la drogue ou du terrorisme est  contrôlée publiquement  par les parlementaires et non par un service de renseignement même dirigé par de sympathiques magistrats, nos amis du curseur des libertés.

Le Congrès des Etats-Unis livre un rapport dévastateur sur HSBC

Une sous-commission du Sénat américain pointe de graves lacunes anti-blanchiment. La banque a fait prendre des risques au système financier du pays.

Le document fait 335 pages. Il rend compte de nombreuses interviews avec des représentants de HSBC et des régulateurs du secteur bancaire, et d’un million de documents analysés. Pour la plus grande banque européenne, le rapport établi après un an de travaux par une sous-commission du Sénat américain est dévastateur. En raison de graves lacunes dans le contrôle, la branche américaine du géant bancaire britannique a permis aux cartels mexicains de la drogue, à des banques saoudiennes soupçonnées par le passé de financer Al-Qaida et à des Iraniens de transférer des millions de dollars aux Etats-Unis, violant la législation américaine

 

U.S. Vulnerabilities to Money Laundering,
Drugs, and Terrorist Financing:
HSBC Case History

PSI report: U.S. Vulnerabilities to Money Laundering, Drugs, and Terrorist Financing: HSBC Case History [PDF - 2 MB]

PSI Report: HSBC Executive Summary [PDF - 639 KB]

Le blog du senator Levin

Levin Criticizes HSBC, OCC on Money Laundering

L’analyse de BLOOMBERG

 


 

 “The problem here is that some international banks abuse their U.S. access,” Senator Carl Levin, the Michigan Democrat who heads the subcommittee, said at the start of the hearing. “The end result is that the U.S. affiliate can become a sinkhole of risk for an entire network of bank affiliates and their clients around the world playing fast and loose with U.S. rules.”

The Subcommittee’s work identified five key areas of vulnerability exposed by the HSBC case history.   The five areas involve:

·         Providing U.S. correspondent accounts to high risk HSBC affiliates without performing due diligence, including a Mexican affiliate with unreliable AML controls;

·         Failing to stop deceptive conduct by HSBC affiliates to circumvent a screening device designed to block transactions by terrorists, drug kingpins and rogue nations like Iran;

·         Providing bank accounts to overseas banks with links to terrorist financing;

·         Clearing hundreds of millions of dollars in bulk U.S. dollar travelers cheques, despite suspicious circumstances; and

·         Offering bearer-share accounts, a high risk account that invites wrongdoing by facilitating hidden corporate ownership.

Les commentaires sont fermés.