30/11/2009

ADIEU CHARLIE ?

 REDIFFUSION

charlie 1.jpg 
CE COMMISSAIRE ,PERE DE LA 3émé DIRECTIVE , QUITTE LA COMMISSION

Haro sur «l'homme des banquiers»

La crédibilité du commissaire européen au Marché intérieur, Charlie McCreevy, mise en cause.

 

Richard Werly

L'homme est pugnace. Pas question, pour le très libéral Charlie McCreevy, d'endosser une part de responsabilité dans la crise financière. «Je n'ai pas fait chuter Bear Sterns, ni provoqué les problèmes de Fortis», s'est-il défendu hier, dans la salle de presse de la Commission. Car beaucoup ne voient pas comme l'homme de la situation cet ancien ministre des Finances irlandais, parrain de la bulle spéculative immobilière insulaire, peu favorable à la régulation...

 

Son rôle, d'ailleurs, s'annonce limité. Les révisions proposées hier par la Commission n'entreront sans doute pas en vigueur avant deux ans. Pas question non plus, pour l'intéressé, d'emprunter la voie de ceux qui souhaitent, en plus des banques, accroître la régulation des fonds spéculatifs et, plus généralement, du monde de la finance: «Les fonds n'ont pas provoqué cette crise a-t-il répété hier. Les perdants sont au contraire les détenteurs d'actions. Le diagnostic doit être juste.»

 

Déjà dans la ligne de mire pour avoir publiquement avoué à Dublin avant le «non» irlandais au Traité de Lisbonne qu'il n'avait pas lu le document, Charlie McCreevy a, avec la crise, aggravé son cas.

 

 

16:16 Publié dans a déclaration de soupçon | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : justice, europe, france, politique | |  Facebook |  del.icio.us | | Digg! Digg | | Pin it! |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.