07/11/2008

Un avocat analyse le nouvel "étatisme"

poche vide.jpgLes structures juridiques à l'épreuve de la crise financière (source les echos du 7.11)

 

Des réponses communes à la crise financière

 

 

Les crises justifient un appel à l'Etat et rendent légitimes des formes d'interventionnisme sinon inédites du moins originales

 

Arrêté du 20 octobre 2008 portant agrément des statuts de la société de refinancement des activités des établissements de crédit /

 

Sur la SPPE

 

la lettre du secteur public

 Me DIDIER MARTIN avocat au Barreau de paris

Comme il existe un droit adapté à la prospérité économique, il existe sans nul doute un droit de la crise, avec ses particularismes et ses caractères propres. L'histoire des crises montre comment le droit doit s'adapter à des situations imprévues et exceptionnelles. Les crises favorisent le relâchement des droits des créanciers et la faveur pour les débiteurs. En 1936, Ripert, célèbre doyen de l'Université de Paris, pouvait signer une chronique au « Dalloz » sur « le droit de ne pas payer ses dettes » en commentant les textes qui, depuis plusieurs années, accordaient des moratoires ou offraient aux débiteurs la possibilité d'obtenir des délais de paiement. Ne soyons pas annonciateur du pire. Toutefois les banques, relevons-le, se sont déjà engagées à proposer des solutions aux clients éprouvant des difficultés pour dénouer les crédit-relais, évoquant expressément la révision des conditions de vente du bien, l'allongement de la durée des prêts, etc.

Lire la suite

18:50 Publié dans La fonction d'avocat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : didier martin, sppe | |  Facebook |  del.icio.us | | Digg! Digg | | Pin it! |  Imprimer | | |