17/11/2007

Vincent NIORE ,le malaise des avocats (2007)

26027539c5974c7b09bdbb57278ab9d1.jpg NON A UNE DEFENSE EN HAILLONS par Vincent NIORE ,avocat

 rediffusion

Notre confrère VINCENT NIORE , candidat aux élections du Conseil de l'Ordre, m'a demandé de diffuser son analyse publiée dans la GAZETTE DU PALAIS  sur notre situation économique, analyse qui confirme la tendance générale .  A chacun de nous de réagir.

medium_markov.jpg1.          La lente paupérisation du Barreau français :

Ø          Citons quelques chiffres qui parlent d'eux-mêmes 11 :
§         une affaire sur quatre est du ressort de l'aide juridictionnelle,
§         58 % de l'aide juridictionnelle est assumée par des avocats ayant plus de 10 ans de Barreau,
§         en 2005, 47 % des avocats ont accompli dans l'année une session d'aide juridictionnelle,
§         20 % des avocats assurent 64 % des missions d'aide juridictionnelle,
§         41  %  des  nouvelles  affaires  pénales  et  20  %  des  nouvelles  affaires  civiles  sont  traitées  par  des avocats au titre de l'aide juridictionnelle,
§         68   %   des   missions   d'aide   juridictionnelle   concernent   le   Juge   aux   Affaires   Familiales   et 10 % le contentieux général.
Ø          Force   est   de   constater   que   la   presse   économique,   elle,   se   fait   régulièrement   l'écho   des
"difficultés" des avocats français :

"Les  avocats  sont  de  plus  en  plus  nombreux  à  être  en  situation  précaire.  L’écart  se  creuse.  Une rupture  de  plus  en  plus  nette  sépare  les  aînés  argentés  des  jeunes  professionnels  en  difficulté.  Le quart de la profession se partage plus de la moit du revenu global enregistré à la Caisse nationale des barreaux français (CNBF). Parallèlement, un avocat sur quatre déclarés à la CNBF dispose d’un revenu  mensuel  inférieur  à  1  500  euros,  soit  quasiment  le  smic  et  3,4  %  de  la  profession  ont  des revenus déficitaires ou nuls. Plus globalement, sur les 45 818 avocats français dont 18 461 parisiens –,  3  000  sont  en  difficulté.  «  Ce  chiffre  est  très  important  »,  estime  Me  Jacqueline  Socquet-Clerc Lafont.  Pourtant,  Me  Brigitte  Longuet,  membre  du  Conseil  de  l’ordre  et  du  Conseil  national  des barreaux, reste optimiste : « La profession se porte bien. Depuis plusieurs années, le chiffre d’affaires de  l’ensemble  des  avocats  est  très  correct  »    en  2004,  2,8  milliards  d’euros  contre  1,6  milliard  en 1996. Cette vision globale satisfaisante cache des  disparités  qui  le sont beaucoup  moins  notamment d’un  barreau  à  l’autre  :  les  avocats  parisiens  dont  les  chiffres  sont  boostés  par  tous  les  cabinets anglo-saxons ont des revenus supérieurs de 60 % à ceux des provinciaux.
Des  causes  multiples  Les  causes  des  maux  sont  connues  :  concurrence  des  experts-comptables  qui tentent de gagner de l’importance sur le terrain du conseil, multiplication des juristes d’entreprises, essor des cabinets d’affaires et étrangers, certains jeunes avocats ont du mal à se faire une place dans la profession.

Surtout  les  généralistes  : 78  % des  hommes  de robe  les  mieux  rémunérés  sont  spécialisés.

 Il  faut  y ajouter quatre difficultés : la fluctuation de l’activité le départ d’un ou de plusieurs clients impose à l’avocat une réorganisation totale, les charges étant dues d’une année sur l’autre –, les impayés, les problèmes de santé opérant un parallèle avec les médecins, Me Brigitte Longuet questionne, un peu ironique  :  «  Vous  faites-vous  ausculter  par  un  médecin  plus  malade  que  vous  ?  »  –,  ou  encore  le manque de rigueur dans la gestion. Vice-président du Conseil national des barreaux, Thierry Wickers donne l’axe stratégique : «  Notre objectif est  de permettre à  la  profession de se positionner  sur  des marchés plus porteurs en ouvrant leurs champs d’activités. »" 12. Au 1er  janvier 2006, le Barreau de Paris était composé de 19.676 avocats dont 52,26  % d'hommes soit .394 femmes (46,87 % en 2003) dont 1.214 avocats honoraires, 14.184 avocats inscrits et 4.278 avocats stagiaires soit au total 18.462 avocats en activité hors avocats honoraires. En  2007,  les  avocats  du  Barreau  de  Paris  seront  plus  de  20.000,  selon  les  dernières  indications  de l'Ordre.

 

En  effet,  du  côté  des  avocats  parisiens,  une  publication  gratuite  "20  minutes"  en  date  du  jeudi 23 novembre 2006 1080 titrait que "le dépôt de bilan menacerait 1.500 avocats parisiens". Sont-ils plus nombreux (car ces chiffres n'ont pas été confirmés) ?

 

Oui,  malheureusement  car  le  nombre  d'avocats  parisiens  "en  difficulté"  s'élève  à  "2.700"  soit 14,62  %  des  18.462  avocats  parisiens  en  activité  hors  honoraires,  et  le  nombre  d'avocats  "en détresse" sur l'ensemble du territoire s'élève à un chiffre compris entre "2" et "2,5" % des 45 818 avocats français en activité 13, soit environ 1.200 avocats devant ou ayant déposé leur bilan. Il  a  fallu  attendre  l'organisation,  par  d'excellents  Confrères,  d'un  colloque    que  le  Barreau,  dans  sa généralité, a déserté sur la sauvegarde des cabinets d'avocats pour connaître ces chiffres !!!

Cette  situation  est  d'autant  plus  inquiétante  qu'avec  la  loi  nouvelle,  un  avocat  déclaré  en  liquidation judiciaire,  est  obligatoirement  omis  du  Barreau,  ne  pouvant  plus  exercer  et  ce,  jusqu'à  clôture  des opérations de liquidation.

08:17 Publié dans La fonction d'avocat | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : justice, avocat, nioré | |  Facebook |  del.icio.us | | Digg! Digg | | Pin it! |  Imprimer | | |

Commentaires

D'accord, mais l'activité du conseil et des cabinets anglo-saxons n'a jamais été aussi florissante. Il y en a qui gagne (un petit nombre) et beaucoup qui perdent.....sans péréquation entre les uns et les autres. Le problème c'est qu'il y a 2 barreaux sans lien entre les uns et les autres.

Écrit par : GANILSY | 30/03/2007

Répondre à ce commentaire

bravo pour votre article clair,précis et fourni continuez

Écrit par : Jean LEBLOND | 29/04/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.